Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

Les consommateurs ne comprennent rien au RGPD !

Un an après l’entrée en vigueur du règlement européen sur la protection des données personnelles, les consommateurs ont toujours beaucoup de mal à saisir de quoi il en retourne. Selon une enquête, menée par Ogury, entreprise spécialisée dans le marketing mobile, seuls 8% des consommateurs dans le monde estiment mieux comprendre comment les entreprises utilisent leurs données.

 

Les principaux enseignements de l’étude

  • En France, 60% des consommateurs ne comprennent pas comment leurs données sont utilisées après avoir lu un formulaire de consentement et des politiques de confidentialité.
  • 47% de Français disent même « ne pas savoir ce qu’est le RGPD ». Ce chiffre descend à 39 % en moyenne pour l’ensemble des répondants européens.
  • Lorsqu’on leur propose un choix clair et juste, 7 consommateurs sur 10 dans le monde choisissent de partager leurs données plutôt que de payer pour accéder à un contenu en ligne.
  • 71 % des mobinautes dans le monde se déclarent prêts à partager leurs données (à condition de savoir exactement quelles données sont collectées et comment elles seront utilisées).

 

Le message n’est pas passé !

Près d’un Français sur 2 (47%) dit « ne pas savoir ce qu’est le RGPD ». Un chiffre qui en dit long sur l’incompréhension d’un règlement censé mieux protéger leurs informations personnelles. Dans la ligne de mire, les entreprises et un manque certain de pédagogie.

JeanCanzoneri, co-fondateur et CEO d’Ogury, estime que l’application du RGPD n’a pas été suffisamment prise au sérieux par les organisations. « Les spécialistes du marketing doivent prendre en considération les enseignements de cette étude : le message n’est clairement pas bien passé. Il revient d’abord aux entreprises de maîtriser le RGPD, puis de sensibiliser les consommateurs à l’importance du partage des données. »

Schéma 1 pour l'article RGPD

Lorsqu’on leur demande s’ils ont l’impression de mieux comprendre la façon dont les entreprises utilisent leurs données depuis l’entrée en vigueur du RGPD, une grande partie des sondés, soit 55% des répondants à travers le monde, répondent « non ». En France, 33 % des personnes interrogées déclarent ne pas mieux comprendre l’utilisation faite de leurs données depuis l’entrée en vigueur de la loi. 47 % disent même « ne pas savoir ce qu’est le RGPD ». Ce chiffre descend à 39 % en moyenne pour l’ensemble des répondants européens, une proportion qui demeure étonnamment élevée plus d’un an après l’entrée en vigueur de la loi dans les Etats membre de l’Union européenne. « Ces chiffres doivent sembler décourageants pour les régulateurs, qui auraient sans nul doute espéré une meilleure compréhension de la part des consommateurs, que le RGPD est justement censé protéger. Cette pédagogie va devenir de plus en plus clé, et ce partout dans le monde, notamment aux Etats-Unis avec l’entrée en vigueur le 1er janvier 2020 du California Consumer Protection Act (CCPA). » poursuit Jean Canzoneri.

Trop long pour être lu !

L’étude révèle en effet que les entreprises n’ont pas mis en place les moyens nécessaires pour que le message passe clairement. Mais également que les entreprises n’ont pas mis en place les moyens nécessaires à l’obtention du consentement explicite et éclairé de l’utilisateur pour collecter et utiliser ses données. En moyenne en France, 77 % des consommateurs ne lisent pas les formulaires de consentement dans leur entièreté. De plus, près de la moitié des consommateurs (52 % à l’échelle mondiale) ont répondu que, même lorsqu’ils lisent les formulaires de consentement et les politiques de confidentialité, ils ne comprennent toujours pas comment leurs données sont utilisées. Contre toute attente, ce taux est encore plus élevé dans les pays où le RGPD est mis en œuvre depuis un an, puisque 58 % des sondés européens ne comprennent pas mieux comment les entreprises utilisent leurs données en lisant les informations de collecte du consentement.

Les consommateurs veulent préserver un internet gratuit

D’après l’enquête, quand on leur propose un choix explicite, 71 % des répondants dans le monde préfèrent partager les données issues de leur navigation sur sites et applications mobiles et leurs coordonnées plutôt que de payer pour accéder à un contenu en ligne.

Schéma 2 pour l'article RGPD

Raphael Rodier, Chief Revenue Officer d’Ogury, précise : « Le fait que 71 % des mobinautes dans le monde se déclarent prêts à partager leurs données – à condition de savoir exactement quelles données sont collectées et comment elles seront utilisées – prouve que les consommateurs veulent préserver un Internet gratuit, tant que l’échange est équitable et respecté. ». À l’heure du premier anniversaire du RGPD, les organisations doivent comprendre qu’il est désormais impératif d’éclairer les utilisateurs dans leur choix face à la collecte de leurs données.

 

GDPR : comment se mettre en marche ?

Comprendre les exigences du règlement, sensibiliser ses collaborateurs, mesurer le niveau de maturité de son organisation et donc allouer les bons budgets, un vrai casse-tête pour les entreprises. De ce constat est né GDPR Rating, un outil d’auto-évaluation à destination des PME-ETI. Grâce à cette plateforme de notation, les entreprises obtiennent en ligne et en toute autonomie un état des lieux ainsi que les mesures de remédiation associées. À la clé, une note de conformité que chaque organisation peut communiquer auprès de ses clients, ses prestataires et ses utilisateurs. Mais la possibilité d’aller plus loin et de bénéficier d’un accompagnement personnalisé selon les besoins de son organisation (sécurité, DPO, e-learning).

 

Source : Ogury a mené son enquête du 12 au 18 février 2019 aux États-Unis, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en France et au Royaume-Uni, rassemblant les réponses de 287 571 utilisateurs mobiles dans le monde. En France, 22 631 personnes ont répondu à cette enquête.

Sur le sujet

RGPD : et les Français dans tout ça ?
RGPD : seuls 4 Français sur 10 estiment que leurs données sont sécurisées par leur employeur
RGPD, un an après : du retard à l’allumage !
RGPD : La CNIL va se montrer plus « ferme »