Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

Dark Data : un patrimoine inexploité !

À l’heure où les entreprises communiquent sur des démarches « orientées data », une étude réalisée par Splunk, fournisseur de solutions pour l’analyse de données opérationnelles IT, révèle que la plupart des organisations possèdent des données qu’elles n’exploitent pas faute de savoir les localiser et les identifier. Le document publié en mai et intitulé « L’état des dark data » démontre que chez un tiers de sondés, la proportion de ces données non identifiées grimpe à 75%. Un patrimoine que les entreprises auraient du mal à exploiter à cause de la volumétrie des données, le manque de compétences et de ressources adaptées. Après le dark web, le shadow IT, la « dark data ». Cette donnée non identifiée, non localisée et donc non exploitée pourrait devenir à court terme une problématique commune à toutes les organisations. Car, outre de consommer de l’espace de stockage, la « dark data » prive les organisations d’une manne non négligeable de revenus puisque non convertie en résultats commerciaux tangibles.

C’est quoi une dark data ?

picto dark data

Les données dites « sombres » sont toutes les données inconnues et non exploitées d’une organisation, générées par des systèmes, des périphériques et des interactions.

Vous avez dit « data-centric ? »

Une direction sur 2 (56%) a l’humilité de reconnaître que les approches « orientées data » ne sont bien souvent qu’un slogan marketing ou communication. Mais comme le souligne Tim Tully, directeur technologique chez Splunk, « il est difficile de travailler avec les données parce qu’elles augmentent à une vitesse alarmante et sont complexes à structurer et à organiser. On comprend qu’une entreprise puisse vite se sentir démunie face à ce paysage chaotique. » Toutefois, 76% des personnes interrogées aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Chine, au Japon et en Australie s’accordent à dire que « la victoire ira à l’entreprise qui possède le plus de données ».

Dark data

2 directions sur 3 estiment que les « dark data » représentent 55% de l’information disponible.

  81% des répondants jugent les données comme fondamentales au succès de l’entreprise.

Intelligence artificielle

Seulement 12% estiment que l’IA peut être une orientation stratégique.

  61% des répondants estiment que l’usage de l’IA va s’intensifier dans leur entreprise dans les années à venir (dans les 5 ans).

Et demain ?

Les compétences en data vont devenir essentielles à n’importe quel job, spécialement pour les équipes dirigeantes. 92% se disent prêts à acquérir de nouvelles compétences.

  Seuls 57% des répondants sont « fortement » motivés ou très « enthousiastes » par l’idée de travailler de manière plus intensive avec les données.

Quels sont les freins à l’exploitation des « dark data » ?

Volumétrie des données, manque de compétences et de ressources adaptées sont les principaux freins avancés lors des entretiens. Les personnes interrogées manqueraient d’outils appropriés, d’expertise et de collaborateurs formés pour exploiter ces données. 66% évoquent même le manque d’appui de leurs dirigeants, voire de leur désintérêt pour 21%. Mais au-delà de ces principaux obstacles, seul un petit nombre de participants à l’enquête prennent au sérieux les opportunités liées à la science de la donnée. En effet, alors que 92% se disent prêts à acquérir de nouvelles compétences, 69 % se montrent moins enthousiastes et préfèrent le confort du statu quo tandis que 53% des personnes interrogées se disent trop âgées pour acquérir de nouvelles compétences.

 

Parlez-moi d’IA !

L’intelligence artificielle est toutefois une piste sérieuse pour améliorer l’exploitation des données. Mais pour l’instant, son usage est peu répandu. Seuls 12% des décideurs font appel à l’intelligence artificielle pour orienter la prise de décision dans leur stratégie d’entreprise. Globalement, les personnes interrogées estiment que l’IA va accroître les opportunités plutôt que remplacer les personnes. Ainsi, ils sont 82 % à affirmer que les humains sont et seront toujours au cœur de l’IA. D’un point de vue régional, c’est en Chine que l’on saisit le mieux le potentiel des dark data. Les participants chinois affichent enthousiasme et confiance dans l’IA même si le taux d’adoption dans leur pays se situe à 20%, à seulement 4 points de la moyenne générale (16%).

71% voient dans l’IA un fort potentiel.

61% des répondants estiment que le recours à l’IA va s’intensifier dans leur entreprise dans les années à venir (5 ans).

73% pensent que l’IA peut compenser le manque de compétences.

72% perçoivent l’IA comme un outil parmi d’autres.

Source : L’étude « L’état des dark data » a été réalisée par le cabinet True Global Intelligence sur la commande de Splunk. Elle est basée sur une enquête menée auprès de 1300 dirigeants et décideurs informatiques dans le monde et portant sur la collecte, la gestion et l’utilisation des données.   NOVENCIA accompagne de nombreuses entreprises dans la gestion de leurs données afin que les directions s’en servent à bon escient. Découvrez notre offre.

Sur le sujet

[Vidéo] 5 bonnes pratiques pour déployer un projet IA et Analytique
Vers un Schengen de la donnée ?
La cyberattaque, risque numéro 1 des entreprises
Les megadonnées, moteur de croissance