Alain Belut : « La montée en puissance de Microsoft Azure est impressionnante »

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

Alain Belut : « La montée en puissance de Microsoft Azure est impressionnante »

Cloud hybride natif, garantie de la géolocalisation des données, souplesse de la plateforme… Selon Alain Belut, Directeur associé NOVENCIA TS, Microsoft Azure a su rattraper son retard, face à AWS et Google, et propose désormais un panel de services incomparables. Interview.

 

NOVENCIA : Pour une entreprise comment identifier le fournisseur cloud qui propose la meilleure offre ?

Alain Belut : Tout dépend de ce que l’on entend par meilleure offre. Si on parle simplement de « tarifs », a priori l’offre cloud de Google est la moins chère. Si en revanche, on parle de « services » et des possibilités mises à disposition alors Azure de Microsoft propose un nombre incroyables de possibilités avec une interface très poussée et agréable. Un autre point important est la localisation des Datacenters et la possibilité ou non de garantir que les données stockées dans le cloud le seront dans une zone géographique cadrée. Azure propose clairement cette garantie. Par conséquent, une étude doit être sérieusement menée pour pouvoir déterminer le fournisseur cloud le plus adapté au contexte.

NOVENCIA : Gartner qualifie AWS de « fournisseur mature » et d’« étalon de référence ». Il lui reconnaît le leadership en matière d’innovation et d’agilité. Que réponds-tu à ces qualificatifs?

Alain Belut : AWS existe depuis 2006, Google Cloud Platform existe depuis 2011 et Microsoft Azure existe depuis 2010. Amazon a beaucoup investi sur AWS. C’est une entité rentable pour le groupe puisqu’elle couvre aujourd’hui les pertes d’autres activités. Avec 4 ans d’avance sur les 2 autres, et les ambitions d’Amazon, il est normal qu’AWS soit considéré comme mature. Toutefois, Azure a su rattraper son retard et propose aujourd’hui un panel de services incomparables. Microsoft mise énormément sur sa plateforme Cloud dont elle tire des profits très importants. La firme de Seattle investit énormément pour la faire évoluer et plusieurs professionnels s’accordent à dire que la montée en puissance est impressionnante…

NOVENCIA : Gartner s’appuie sur 4 critères principaux (développement & test, le traitement par lots, l’hébergement d’applications Cloud natives, l’hébergement d’applications métier) pour comparer les cloud. Si on se limite à AWS, Azure et Google, que peux-tu nous dire sur ces critères ?

Alain Belut : Chaque solution Cloud apporte quelques particularités et des avances sur telle ou telle partie. C’est ce que je répondais à la première question, il faut clairement étudier le besoin pour choisir la bonne solution cloud afin d’avoir un bon rapport solutions/prix. Ce qu’on peut dire avec certitude c’est qu’AWS a une longueur d’avance sur l’offre IaaS parce qu’Amazon a démarré son offre sur ça et Azure sur l’offre PaaS puisqu’elle s’est lancée sur cette partie. Google de son côté s’est surtout manifesté avec une politique de prix agressive.

NOVENCIA : Et en termes de prix ?

Alain Belut : Comme indiqué précédemment (1), Azure est le plus cher, suivi d’AWS et Google Cloud Platform. Google propose des tarifs très bas mais avec une offre de services nettement en deça des deux autres.

NOVENCIA : Le cloud peut-il favoriser l’utilisation du machine learning ?

Alain Belut : Oui c’est une évidence. Le cloud est par définition « élastique » en termes de puissance de calcul et en termes de stockage. Ce sont des éléments clés pour le machine learning très gourmand dans les deux domaines.

NOVENCIA : Des challengers comme DigitalOcean ou Atlas (Hosted MongoDB as a service) émergent, y a-t-il encore une place pour de nouveaux players ?

Alain Belut : J’avoue que je ne vois plus trop ce qu’un autre acteur pourrait apporter de plus que les 3 géants qui se sont engouffrés dans le cloud. Ils proposent des offres toujours plus poussées qui évoluent à vitesse « grand V ». Mais des offres très spécifiques à des coûts moindres voudront sans doute draguer les professionnels qui ne craignent les offres d’Amazon, Microsoft et Google.

NOVENCIA : Avec l’arrivée du GDPR, quel rôle ou place pour le cloud  ?

Alain Belut : A juste titre, les professionnels s’inquiètent de la confidentialité des données et les autorités aussi. Elles imposent naturellement à tous les acteurs d’être de plus en plus pointus pour garantir la confidentialité des données des utilisateurs finaux. Les attaques, les tentatives de piratage sont nombreuses contre tout ce qui se trouve dans le cloud puisque évidemment il y a exposition. Mais les géants du cloud passent énormément de temps et investissent beaucoup pour renforcer toujours plus la sécurité de leurs offres.

NOVENCIA : Quant aux technologies différenciantes de Microsoft Azure, que propose-t-il ?

Alain Belut : Azure propose nativement du cloud hybride. C’est une exclusivité proposée par la solution de Microsoft. Également, on appréciera la garantie de la géolocalisation des données qui est nativement proposée. Les 69 solutions proposées avec Azure facilitent grandement l’utilisation du cloud pour un projet quel qu’il soit. On est guidé, pris par la main et en quelques clics on peut monter une infrastructure Big Data.

NOVENCIA : Finalement, pourquoi préférer Azure à AWS et Google ?

Alain Belut : Les professionnels qui ont une connaissance de l’écosystème Microsoft auront tout intérêt à commencer avec l’offre de Microsoft. Mais Microsoft n’oublie personne et toutes les technologies peuvent utiliser Azure ; l’interface proposée permet à n’importe qui d’utiliser rapidement ce dont il a besoin (mise en place d’une VM, mise en place d’une solution Hadoop, API spécifiques, hébergement, base de données, stockage…). L’offre de services d’Azure est impressionnante.

https://azure.microsoft.com/fr-fr/

 

En réagissant à cet article, vous nous permettez d'affiner les contenus que nous publions ici !

  • Awesome (0)
  • Interesting (0)
  • Useful (0)
  • Boring (0)
  • Sucks (0)

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager via

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook