Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

Le DSI doit reprendre le contrôle

Les nouveaux modèles qu’imposent la transition vers le numérique redéfinissent la manière dont les organisations créent, génèrent et capturent de la valeur. Parallèlement, ils remettent en question le mode de fonctionnement des DSI. Le DSI du futur devra donc développer de nouvelles capacités afin de créer de nouvelles façons de réussir. Et pour réussir Gartner a identifié 5 leviers que le DSI doit intégrer, faute de quoi il pourrait mettre en péril son organisation.

Pictogramme confidentialité

La confidentialité

Selon Gartner, c’est l’une des clés de la transformation numérique. Elle s’illustre par la confiance des collaborateurs en interne et des clients en externe dans la capacité de l’organisation (entreprise ou secteur public) à protéger les données qui leur sont confiées.

Gartner pousse à une généralisation du GDPR comme socle de base. Les analystes insistent également sur la nature technologique et les process liés au sujet : le DSI doit absolument être un élément important de la stratégie en matière de « privacy ». Toutefois, le véritable défi est de sécuriser les données d’une manière qui n’entrave pas les activités de l’entreprise et ne nuit pas à leur accessibilité.

Pictogramme intelligence artificiel

L’intelligence artificielle

 

Gartner insiste sur le fait que rien ne se fera sans les humains, c’est pourquoi les experts préfèrent parler d’intelligence augmentée. Dans les années à venir, les investissements porteront surtout sur le machine learning ou le machine training (apprentissage).

L’IA reste donc, à moyen terme, un outil pour augmenter les capacités humaines et faciliter l’IT aux DSI.

Pictogramme culture numérique

La culture numérique

 

Un DSI sur deux estime que l’absence de culture numérique au sein des organisations est le principal frein à la transformation. Gartner propose une approche méthodologique simple : « hack your culture ».

Le DSI va donc devoir inculquer la culture digitale à ses équipes et dans le même temps recruter des talents numériques. Sans oublier que le DSI aura également pour mission d’introduire l’agilité afin de faciliter l’accélération de la prise de décision.

« Les dirigeants ne sont pas seulement intéressés par les données – qui sont maintenant des informations obsolètes – ils sont intéressés par ce que vous faites avec les données via des analyses avancées et une intelligence artificielle. Les dirigeants appliquent la technologie et les informations de manière unique et créative pour surpasser leurs pairs. »

Mike Harris, executive vice-president and global head of research chez Gartner

 

Pictogramme gestion IT orientée produit

La gestion IT orientée produits

 

Selon Gartner, d’ici 2022, 75 % des DSI auront une approche orientée produit avec un objectif imposé par la direction : devenir un centre de revenus. La DSI aura donc pour mission en interne de créer des produits digitaux susceptibles, par la suite, d’être vendus à des clients et donc générer des profits.

Dans cette nouvelle approche, la DSI sera flexible, rapide et disposera d’une capacité d’analytique pour, in fine, mieux répondre aux besoins exprimés par les utilisateurs.

Pictogramme pour digital twins

Le développement de Digital Twins

Le concept de Gartner du « jumeau numérique » repose sur le même principe que celui appliqué à l’IoT dans l’industrie. Il permet de reproduire virtuellement des process, des éléments physiques et évolutions à partir de données transmises en temps réel par des infrastructures en marche. Le but est d’anticiper la maintenance voire de proposer/tester des optimisations.

Gartner étend ce concept à l’ensemble de l’organisation mais en termes de process humains (marketing, vente, RH…). L’objectif est d’augmenter le potentiel de chacun, d’anticiper la prise de décision (analyse prédictive).

 

Source : Gartner.

Sur le sujet

« Les chiffres ne restent que des chiffres tant que la stratégie n’est pas bien définie. »
Comment Bill Gates voit notre futur ?
Hackathon : Et si le futur de l’assurance était la protection a posteriori ?
Banque de détail : où en est-on de l’expérience client digitale ?