Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

Mesosphere, la start-up qui monte dans les couches hautes de l’informatique

Depuis sa création en 2013, Mesosphere ne cesse de progresser dans la chaîne de valeur des architectures distribuées. Grâce à sa plateforme DC/OS, la start-up californienne entend bien accélérer la mise sur le marché de nouveaux services et applications. Son objectif : répondre au plus près aux besoins des entreprises qui souhaitent orchestrer des micro services conteneurisés, déployer des plateformes distribuées en quelques clics.

 

De Mesos à Marathon

Au départ, les 3 co-fondateurs de Mesosphere, étudiants à Berkeley réfléchissent à une technologie de gestion de cluster. Mesos voit le jour en 2009. C’est un outil open source qui permet d’allouer aux applications les ressources informatiques dont elles ont besoin (CPU, espace de stockage, réseau…). Imaginé pour le pilotage d’applications big data comme Hadoop, Spark, Storm ou Kafka, il est capable de gérer plusieurs milliers de serveurs au sein d’un même cluster.

En associant Mesos à Marathon, une plateforme open source d’orchestration de conteneurs, Mesosphere monte en puissance, en quelques années, dans les architectures informatiques distribuées et containérisées.

La plateforme Marathon supporte les déploiements d’applications en conteneurs et favorise l’intégration continue et la gestion d’environnement cloud. Elle propose plusieurs runtimes de conteneurs et supporte à la fois Apache Mesos et les conteneurs Docker.

Le système automatise certains processus, propose une interface Web qui permet de lancer et contrôler les images Docker et mettre à jour les applications. Son mode haute-disponibilité par défaut lui permet de maintenir les applications opérationnelles même lorsqu’une instance devient indisponible. Marathon propose également un bus d’événements rendant le système réactif aux modifications.

Marathon étant pré-installé avec Mesosphere DC/OS, il peut mieux passer à l’échelle. Ce binôme gère ainsi des systèmes complexes fonctionnant sur des clusters, des applications web, ou microservices. Le cœur open source du DC/OS, Apache Mesos, est la plateforme avec laquelle Apache Spark a été construit.

 

DC/OS, le système d’exploitation pour data center

Dans l’offre DC/OS pour Datacenter Operating System, on retrouve les 2 briques, Mesos et Marathon. L’objectif est de permettre aux utilisateurs de développer et faire tourner des applications basées sur les microservices et la conteneurisation dans les datacenters. Selon Mesosphere, « Un DC/OS, se positionne sur un serveur nu, une instance de cloud ou des machines virtuelles. Il joue des rôles d’orchestration, de monitoring, de gestion de réseau ou encore de sécurité pour faire tourner dans un centre de données des modules aussi divers que lHadoop ou du conteneur »

Schéma des briques de DC/OS de Mesosphere

 

Concrètement ?

DC/OS est le moyen le plus simple de déployer et d’exploiter le plus large écosystème de technologies open source. Dans les datacenters, le DC/OS permet de construire de petits composants applicatifs, les fameux microservices.

Selon Florian Leibert, PDG et cofondateur de Mesosphere, DC/OS est « une plateforme unique et cohérente qui facilite la création, le déploiement et la mise à l’échelle extensible d’applications révolutionnaires (…) Que vous fabriquiez des brosses à dents ou des moteurs à réaction, vous avez besoin d’une infrastructure informatique agile qui peut exécuter des applications modernes en conteneurs et intégrer des analyses et du Big Data, mais qui peut également soutenir les développeurs en utilisant des cycles d’innovation continus »

Apache Mesos Paris organisait le 19 mars 2018, dans les locaux de NOVENCIA, un Meetup. L’occasion de revenir sur la technologie, découvrir ses nouvelles fonctionnalités et de bénéficier de l’expérience d’un utilisateur DC/OS.

En 2017, l’écosystème DC/OS a été enrichi :

Kubernetes sur DC/OS : dans la continuité de la philosophie de Mesosphere qui consiste à mettre en avant la « liberté de choix » sur DC/OS, les clients peuvent désormais déployer Kubernetes pour l’orchestration de conteneurs. Kubernetes sur DC/OS apporte à n’importe quelle infrastructure une expérience de type « conteneurs comme service » et permet aux équipes de développement d’exécuter des applications Kubernetes parallèlement à d’autres services au sein du cluster DC/OS, avec un ensemble commun d’outils de sécurité, de maintenance et de gestion.

TensorFlow sur DC/OS : au moyen d’une seule commande, les clients peuvent désormais déployer TensorFlow de façon distribuée dans n’importe quelle infrastructure de cloud nu, virtuel ou public, et doter les scientifiques des données de la bonne architecture pour accélérer les applications d’apprentissage automatique et d’apprentissage en profondeur.

Mesosphere SDK : le programme développeur et SDK de Mesosphere fournissent des outils (documentation, bibliothèques de référence et support) qui simplifient le développement d’applications et de services distribués sur DC/OS.

Lightbend Fast Data Platform (FDP) : conçu pour répondre aux difficultés que pose la création d’applications qui intègrent et traitent les données en temps réel, FDP regroupe DC/OS, Kafka, Spark et la plateforme Lightbend Reactive dans un système à diffusion de données pré-intégré global.

Datastax Enterprise (DSE) : DSE fournit des fonctions de gestion, de sécurité, de support et autres en plus de la base de données Cassandra, qui est déjà très performante et hautement évolutive, tandis que DC/OS permet à DSE de fonctionner avec d’autres systèmes de Big Data (comme Apache Spark et Apache Kafka) et des microservices conteneurisés sur un cluster partagé unique.

Sur le sujet

Le DSI doit reprendre le contrôle
Hackathon : Et si le futur de l’assurance était la protection a posteriori ?
Banque de détail : où en est-on de l’expérience client digitale ?
Transformation numérique : le DSI change de job !