Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

« Le plus important c’est de donner de l’intérêt et du sens à son action »

C’est la question du moment et du secteur : comment fidéliser un collaborateur, éviter qu’il soit recruté chez le client ou par un cabinet concurrent ? Benjamin  fête cette année ses huit ans de collaboration avec NOVENCIA. Fidèle au poste, ce consultant senior maîtrise d’ouvrage, explique cette loyauté notamment par « la possibilité d’évoluer (…), l’accessibilité des dirigeants et l’esprit avant-gardiste » du cabinet. Entretien.

 

Depuis 8 ans, vous êtes consultant pour NOVENCIA, à quoi tient, selon vous, cette longévité ?

Cette longévité tient, selon moi, à trois raisons principales. La première c’est la surprise. Celle d’avoir eu, lors de chacune de mes missions, l’opportunité de connaître un client, un environnement et une culture d’entreprise différents.

La deuxième raison, c’est la façon dont NOVENCIA gère l’imprévu ! Le suivi est efficace, le cabinet s’adapte, se positionne et se réajuste pour que le consultant s’épanouisse et puisse se déployer dans sa mission. Cela passe par de la formation ou de la mobilité.

Enfin la troisième raison, c’est la possibilité d’évoluer. Le cabinet nous permet de monter en compétences avec, à chaque nouvelle mission, des fonctions beaucoup plus managériales. D’où ma loyauté envers le groupe.

 

Comment NOVENCIA, depuis tant d’années, vous accompagne dans votre gestion de carrière et donc dans votre développement professionnel ?

Nous avons ensemble des points missions réguliers avec Charlotte, ma référente RH. J’échange également fréquemment par mail avec les directeurs de Business Line (BL) en cas de points d’interrogation sur la visibilité de la mission, une éventuelle formation, sur les perspectives à moyen terme… Ou encore pour échanger des informations marché, notamment sur les missions à venir, les décisionnaires actuels chez les clients, la mobilité, etc…

Côté client, nous faisons un point par trimestre. Enfin, nous entretenons un contact informel avec le staff groupe à travers des événements réguliers au siège sous forme d’ateliers, de soirées ou même de moments de convivialité improvisés selon les disponibilités de chacun.

 

NOVENCIA a évolué et diversifié son offre de conseil depuis 2-3 ans. Comment percevez-vous cette évolution ?

Je pense que c’est une étape nécessaire, logique et évidente, qui prend tout son sens et son aboutissement avec la création au sein du cabinet de la BL NOVENCIA Partners. En effet, cette nouvelle BL est désormais un acteur significatif dans le monde des cabinets de conseil et accorde à NOVENCIA une visibilité et une crédibilité plus larges auprès des grands acteurs de la banque/finance/assurance.

Par ailleurs, la force de NOVENCIA est d’être un précurseur de tendances. Jusqu’ici, le cabinet était très dynamique sur la partie technique avec les ateliers Craft, le big data, l’intelligence artificielle ou encore la blockchain… Mais il lui manquait, à mon humble avis, le pendant fonctionnel de cette ébullition dans l’activité Conseil. C’est désormais le cas avec NOVENCIA Partners.

Avec cette BL, NOVENCIA confirme sa présence parmi les acteurs du conseil au sein des grands comptes. Et même si le cabinet est déjà référencé chez les grands acteurs de la place, elle peut désormais le faire savoir de manière plus évidente et lisible.

 

Aujourd’hui, selon vous, qu’attend un consultant d’un cabinet de conseil ?

Des missions qui le grandissent ! Car si le consultant grandit il aura également envie de faire grandir la structure à laquelle il appartient. C’est pourquoi un cabinet doit être à même de proposer des postes transversaux et polyvalents à forte valeur ajoutée (analyste métier, chef de projet ou de programme, contrôleur, maitrise d’ouvrage, etc…) dans des services qui gèrent les problématiques de demain (risques, règlementaire, compliance, stratégie…) au sein des grands acteurs de la finance actuels et à venir (banque d’investissement, assurance, banque privée, néobanque…).

Au-delà d’une problématique professionnelle, le consultant se caractérise aussi par sa curiosité, son envie de variété, d’élargir son réseau. Mais le plus important c’est de donner de l’intérêt et du sens à son action.

Ce sont tous ces éléments qui vont asseoir sa crédibilité et celle du cabinet auprès des clients. C’est du gagnant-gagnant dans ce cas.

 

Aujourd’hui les cabinets de conseil, au même titre que les entreprises, doivent se réinventer pour éviter de disparaître. Selon vous, vers quel modèle doivent-ils tendre ?

Le conseil, structuré tel qu’il est aujourd’hui dans les grands cabinets, sont des modèles que certains jeunes diplômés ne recherchent plus automatiquement. Les « Millenials » sont d’abord en quête d’un cadre adaptatif comme eux, qui les comprend, les accompagne et reflète l’évolution technologique et organisationnelle de la société au sein de laquelle ils évoluent.

La mise en place chez NOVENCIA d’équipes autogérées au sein des Business Lines rejoint cette tendance. Avec sa nouvelle organisation, le cabinet casse les codes traditionnels de l’organigramme classique avec des grades, et met un terme à une hiérarchie lourde.

La tendance est désormais de s’attacher aux compétences et aux complémentarités de tous au sein d’équipes qui se créent spontanément. À la manière des méthodes Agile@Scale, l’avenir de l’organisation conseil se construit autour de tribus, guildes ou équipes, autour d’un produit de façon horizontal avec des profils différents. Mais plus important, autour de process ponctuel, beaucoup plus participatif car moins cloisonné et donc plus impliquant.

Cela implique donc de faire un vrai Big Bang organisationnel au sein des services existants, déjà bien amorcé dans les services autour de la technique et des SI, mais beaucoup moins dans les directions financières, plus traditionnelles et réticentes à tout bouleverser…

 

Recommanderiez-vous NOVENCIA à un jeune consultant ? Pourquoi ?

Oui, car NOVENCIA sait se réinventer et peut apporter des preuves concrètes de sa volonté de moderniser la prestation et le conseil. Accessibilité des dirigeants, gestion pionnière de la communication via les réseaux sociaux, communauté active au sein des différents pôles entre directeur de BU et consultants, recherche continue des nouvelles tendances dans un esprit avant-gardiste, autour des innovations majeures à venir…

Sans oublier que NOVENCIA est régulièrement labellisé « Great Place To Work », depuis 2014. Ce qui démontre la pugnacité des dirigeants à faire souffler un « vent de fraîcheur » sur le secteur, tout en maintenant un haut niveau d’expertise et de crédibilité.

Sur le sujet

« Être Craftsman, c’est un état d’esprit »
5 questions à Mathieu, développeur Java & ActivePivot
La réalité mixte à la frontière du réel
Digital : 4 métiers qui ont le vent dans le dos !