Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

Les nouveaux profils de l’IT

Les nouveaux usages de développement, la montée en puissance des méthodes agiles dans les équipes IT, modifient en profondeur le champ des compétences des équipes informatiques. De nouveaux métiers apparaissent et d’autres se transforment.

 

Product Owner, l’avocat des utilisateurs

La vision produit, c’est lui ! En accompagnant l’IT et les métiers dans la conception d’un service ou produit, il répond aux besoins et problèmes de ses utilisateurs de manière itérative et incrémentale. Capable d’arbitrer un choix fonctionnel, ce profil nouveau, proche des Métiers, se situe à la frontière entre l’univers business et l’univers technique.

Son terrain de jeu : une équipe agile utilisant la méthode SCRUM. Une méthode qui vise à livrer un produit pleinement fonctionnel, dans un laps de temps plus court. Il organise souvent des ateliers avec les utilisateurs et les parties prenantes (stakeholders) pour mieux les comprendre mais également avec les UX Designer pour imaginer les nouvelles interfaces.

Son outil : Le fameux Product Backlog dont la traduction littérale serait celle d’une « liste ordonnée » de tous les éléments identifiés comme nécessaires au développement d’un produit ou d’une application.

Ses qualités : autonome, flexible, doté d’une vision terrain très forte (utilisateurs, marché, tendances). Il est également un excellent communicant et inspire la confiance car il est amené, tout au long du développement d’un produit ou d’un service à prendre des décisions fermes.

Tout en fournissant une valeur métier plus élevée, a également la vocation de créer des passerelles entre l’IT et les Métiers.

Sa formation : École Ingénieur ou de Commerce

Visuel pour l'article expliquant le métier de Product Owner par Lucie Teyssou

Craftsman, l’artisan du code

Parlez-lui d’un code de qualité ou du principe du techniquement « bien conçu » et vous en ferez un développeur heureux ! Un craftsman estime que chaque ligne de code doit créer de la valeur et non être un centre de coût. Fidèle au Manifeste du Software Craftsmanship, cet artisan du code est un technicien doté d’une expertise, un partisan du travail bien fait mais aussi un relai de connaissances au sein de sa communauté. Recruter un Craftsman, c’est s’assurer de disposer d’un outil bien « designé », qui répond aux besoins réels des utilisateurs.

Son terrain de jeu : un environnement ou le code est de qualité. Un code simple, lisible, intelligible et expressif que l’on modifie au fur et à mesure et auquel on peut rapidement ajouter de nouvelles fonctionnalités. l’amélioration continue et donc l’apprentissage au long cours.

Son outil : IDE pour integrated development c’est à dire, un ensemble d’outils et de procédés destinés à assister et formaliser le travail de création de logiciels.

Ses qualités : un artisan doit être à l’écoute du monde qui l’entoure pour alimenter son savoir et son savoir-faire. Il aime repousser ses limites, cherche la nouveauté et a une certaine appétence pour la perfectibilité.

Sa formation : École d’ingénieur

Visuel pour l'interview Software Craftsmanship avec Maxime

DevOps, la botte secrète de la collaboration

C’est un profil encore rare en France ! Né de la contraction de development (développement) et d’opérations (exploitation / administration des systèmes), le devOps prend de l’ampleur au fur et à mesure que les organisations adoptent les méthodes agiles et ouvre une porte vers l’agilité à l’échelle. Sa mission va désormais au delà du développement d’une application puisqu’il facilite la réalisation, le déploiement et la maintenance. Cette extension de l’Agile représente un changement culturel et organisationnel important. L’importance du rôle de DévOps augmente avec la montée en puissance du cloud.
Son terrain de jeu : la qualité à tous les étages du projet. En effet, sa double compétence de développeur et d’administrateur de systèmes, lui permet de créer des applications qui sont parfaitement adaptées à l’infrastructure et qui continuent de fonctionner une fois mises en place.

Ses outils : une liste d’outils de développement et d’administration déploiement.

Ses qualités : sa capacité à repenser l’informatique. DevOps est plus q’une simple métier, on l’assimile à un courant de pensée.

Sa formation : École d’ingénieur

Sur le sujet

« L’important ce n’est pas ce qu’il va nous arriver, mais plutôt notre capacité à réagir »
« La clé est de ne jamais entrer dans le conflit personnel »
Recrutement : « faut-il se fier à sa première impression ? »
« Il faut toujours montrer son côté volontaire et engagé »